A Research Institute on Canadian / Latin American & Caribbean Relations.

A Research Institute on Canadian / Latin American & Caribbean Relations.

• To promote knowledge and raise mutual understanding between the peoples and governments of Canada, Latin America and the Caribbean.
Read More
Advocates mutual respect, social justice, sovereignty, solidarity, dialogue, cooperation and sustainable development.

Advocates mutual respect, social justice, sovereignty, solidarity, dialogue, cooperation and sustainable development.

• We envision relations between Canada and the Latin American and Caribbean region based on mutual respect, social justice, sovereignty, solidarity, dialogue, cooperation and sustainable development.
Read More
Stands for Social Justice, Peace, Democracy and People’s Self-determination, All Human Rights and Environmental Sustainability.

Stands for Social Justice, Peace, Democracy and People’s Self-determination, All Human Rights and Environmental Sustainability.

• We work to influence foreign policies and public opinion, disseminate accurate information, carry out research and promote exchanges between writers, social movements, indigenous peoples and researchers.
Read More
Focuses on People, Knowledge, Communications, Advocacy, Media Monitoring and Outreach Communities.

Focuses on People, Knowledge, Communications, Advocacy, Media Monitoring and Outreach Communities.

• Our activities aim at generating and sharing knowledge, and promoting understanding, positive policies and cooperation. We counterbalance biases and inaccuracies, and establish partnerships and networks.
Read More
Carries out Research, Studies, Media Analysis, Electoral Accompaniment, and produce Accurate Information.

Carries out Research, Studies, Media Analysis, Electoral Accompaniment, and produce Accurate Information.

• We carry out research, studies and exchanges among scholars, writers and social activists, monitor and analyse media reporting, accompany electoral processes, inform policy decision-makers, advisors, analysts, organizations and the public, disseminate accurate information on political, social, environmental and economic issues and progressive accomplishments.
Read More

Latest News

13
Juin

Dr. María Páez Víctor : « Les États-Unis se sont opposés, ont déstabilisé, renversé ou assassiné chaque réformateur progressiste apparu sur la scène politique dans la région depuis plus d’un siècle »

L’élite vénézuélienne a montré par sa violence épouvantable dans l’opposition qu’elle est égoïste, vile et raciste, au point de payer des criminels pour mettre le feu aux bâtiments publics, tuer des p
27
Juil

Entretien avec Maria Victor par RCI (en espagnol): « Les Etats-Unis cherchent à reprendre le pétrole vénézuélien »

RCI - Radio Canada Internacional Rufo Valencia | amlat@rcinet.ca Miércoles 26 julio, 2017 Centre de Politiques Canadien, Amerique latine & Caraïbes a récemment publié un article intitulé « L'oppo...

Projects

EleKtora

Plate-forme électronique pour analyser le comportement électoral en Amérique latine et dans les Caraïbes, et au Canada. ...

Index de tous les droits de l’homme

Analyse, classification et rang de tous les droits humains au Canada et en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Observatoire des médias

Plate-forme électronique pour analyser le comportement électoral en Amérique latine et dans les Caraïbes, et au Canada. ...

Recherche

Projets de recherche, d'études et d'échanger des idées, parmi les savants, les écrivains et les militants sociaux.

Notre mission et nos valeurs

Le Centre de Politiques Canadien, Amerique latine & Caraïbes (CAL&C)  est un insti...

Conseil d’administration

CAL&C est régie par un conseil de douze administrateurs qui contribuent leurs compéten...

Nos Partenaires

Notre travail consiste à la contribution et les efforts de collaboration d'autres organisa...

Nos bailleurs de fonds

Notre travail est l'expression du désir de millions de personnes à travers l'hémisphère at...

Donate | Faire un don | Dona

Help transform the relations between Canada and Latin America and the Caribbean to promote knowledge and understanding, based on mutual respect, social justice, self-determination, cooperation and sustainable development. Make a one-time donation or become a monthly supporting Donor.

Letter of Canadian Intellectuals, Artists and Professionals calling on the Canadian Federal Government to Cease its Illegal Attacks on Venezuela

The purpose of this letter is to persuade the Government of Canada and all the Members of Parliament to reverse its counterproductive policy towards Venezuela, on the grounds that it contravenes international laws, is unethical, undemocratic and is against the interests of the vast majority of Venezuelans.

The Canadian Government prides itself in its respect for the rule of law. It is therefore disturbing that this has not included the respect for international law, which is the only thing capable of preventing war among nations, any erosion of which is a threat against peace.

Canada has become leader of the ad-hoc Lima Group, a group that only came together after the OAS failed to achieve the majority vote necessary to support overthrowing Venezuelan President Nicolás Maduro whose legitimate government is recognized by the United Nations, the Organization of American States, all the Non-aligned Countries, all Caribbean States under CARICOM, New Zealand, the African Union, Russia, China, and India. Innumerable social organizations and unions throughout the world support the legitimate government of President Maduro including the Canadian Labour Congress and CUPE. 

This Lima Group declared its support for an individual who proclaimed himself president of Venezuela in a public plaza, without the benefit of any presidential election and in violation of the Constitution and electoral laws of Venezuela.

Canada has abandoned its long standing policy of “constructive engagement” and adhered itself to the United States’ economic sanctions against Venezuela, sanctions imposed with the explicit declared purpose of bringing about regime change in Venezuela, and were accompanied by the statement that “the United States will continue to take concrete and forceful action”. These sanctions were not imposed by the UN Security Council and therefore violate international law. The sanctions also violate the U.N.’s Charter, the OAS Charter and resolutions of the International Court of Justice.

The UN Charter in its Article 2 states:

“All Members shall refrain in their international relations from the threat or use of force against the territorial integrity or political independence of any state.”

The UN Charter rests on the philosophy of multilateralism, a commitment to international cooperation and the sovereign equality of States. The principles of non-intervention and non-interference in the internal affairs of sovereign states have been reaffirmed in the UN General Assembly notably in Resolutions 2625 (XXV) and 3314 (XXIX).

This principle is invoked by a recent report of the judicial experts body of the Bundestag, Germany’s lower house of the German parliament, by stating that there are « strong reasons » to affirm that the international recognition of Venezuela’s self-proclaimed “interim president” Juan Guaidó could amount to interference in the country’s internal affairs.

As well, the Vienna Declaration and Program of Action Article 32 of the UN Charter of Economic Rights and Duties of States (adapted in 1974) stipulates that

No state may use or encourage the use of economic, political, or any other type of measures to coerce another State in order to obtain from it the subordination of the exercise of its sovereign rights.”

On 23 March 2018, the UN Human Rights Council condemned the unilateral coercive measures against Venezuela imposed by the USA (under Obama and Trump), Canada and the European Union.

The International Criminal Court in its Article 7 of the Rome Statute considers sanctions crimes against humanity. A recent UN Report of the Independent Expert on the Promotion of a Democratic and Equitable International Order, Dr. A. De Zayas, has noted that the sanctions against Venezuela “are effectively compounding the grave crisis affecting the Venezuelan economy”, and recommended an investigation of the economic sanctions against Venezuela as crimes against humanity under Article 7, and

The OAS Charter in its Chapter 4, Article 19, states:

”No state or group of states has the right to intervene, directly or indirectly, for any reason whatever, in the internal or external affairs of any other state. The foregoing principle prohibits not only armed force but also any other form of interference or attempted threat against the personality of the state or against its political, economic and cultural elements.”

Further, the OAS Convention on the Duties and Rights of States in the Event of Civil Strife (21 April 1972) resolves:

“To reiterate solemnly the need for the member states of the Organization to observe strictly the principles of non-intervention and self-determination of peoples as a means of ensuring peaceful coexistence among them…and… To reaffirm the obligation of those states to refrain from applying economic, political, or any other type of measures to coerce another state and obtain from it advantages of any kind.”

The USA, Canadian and EU sanctions against Venezuela, are illegal and immoral. They directly impact the civilian population to create suffering. Sanctions are felt most especially among the poorest sectors of the Venezuelan population by causing shortages of food and medicines. They are human rights violations aimed at coercing a sovereign democracy.

Venezuela held presidential elections according to its laws, on 20 May 2018, a date that had been agreed upon by an opposition that had been clamoring for elections to be called ahead of schedule. Six opposition candidates backed by 16 opposition parties took part in the elections. Three other opposition parties chose not to participate, by their own decision. The results were:

  • President Maduro: 6.3 million votes, 67%
  • Henry Falcón: 1.9 million votes, 20.9%
  • Javier Bertucci: 996,181 votes, 10.8 %

The losing candidates all accepted the validity of the election results.  150 independent international observers, including a credible and respectful Canadian delegation, all accepted the election process as clean and transparent.

We regret that Canada’s long tradition of balanced international diplomacy and its role in peacekeeping has been sullied by this aggressive, interventionist stance against a friendly country. Canada once could boast of an independent foreign policy, as when it withstood strong US pressure during the Cold War and refused to break relations with China and Cuba, and when it refused to join the USA military adventure to invade Vietnam and Iraq.

So it is with dismay that we see Canada joining the USA in this absurd recognition of an individual who, without the knowledge and support of the main Venezuelan political parties, without any public elections, claims to be president of Venezuela. If Canada hopes to be, and be seen as, a country that truly respects the rule of law, it must not collaborate with the USA neo-colonial war of conquest in Latin America to take possession of its natural resources – as the USA administration admits.

We ask the Canadian Government to withdraw from the Lima Group, to distance itself from the interventionist policy of the USA government, to rescind its illegal sanctions against Venezuela, and to repudiate any intervention by foreign countries in the internal affairs of Venezuela.

  1. Dr. Anna Zalik, Professor, Ph.D. Program Coordinator, York University
  2. Dr. William Leiss, Professor Emeritus
  3. Dr. Pamela Barnett
  4. Dr. Peter A. Victor, Professor Emeritus, York University
  5. Dr. David Suzuki, Geneticist, Author, Journalist
  6. Nino Pagliccia, Researcher, Author, University of British Columbia
  7. Dr. Pamela Mordecai, Humber School for Writers
  8. Dr. David Heap, Professor, Interfaculty Program in Linguistics & Dept. d’etudes francaises, University of Western Ontario
  9. Dr. Jorge Sorger, Professor Emeritus McMaster University
  10. Professor Julio Fonseca, Dept. of Languages & Linguistics, York University
  11. Professor Eduardo Canel, Dept. Social Sciences, York University
  12. Maria Páez Victor, MA, PhD. Sociologist, Author
  13. Professor Gavin Fridell, Canada Research Chair in International Development Studies, St. Mary’s University, Halifax
  14. Professor Alissa Trotz, University of Toronto
  15. Fidel Peña, Underline Studio, Creative Director
  16. Dr. Atif Kubursi, Profesor Emeritus, McMaster University
  17. Professor Harry Smaller, Professor Emeritus, York University
  18. Dr. Lisa L. North, Professor Emeritus, York University
  19. Professor Jim Rochlin, Irvin K. Barber School of Arts & Sciences, University of British Columbia
  20. Professor Jorge Filmus, Senior Scientist, Dept. Biological Sciences, University of Toronto
  21. Professor Gary Leech, Cape Breton University
  22. Professor Terry Gibbs, Cape Breton University
  23. Dr. Kalowatie Deonandan, Professor, Dept. Political Studies, University of Saskatchewan
  24. Dr. Mark J. Goodman, Department of Sociology, York University
  25. Prof. Michel Chossudovsky, Centre for Research on Globalization
  26. Professor Linda Peake, Director, the City Institute, York University
  27. Antonia Swann, Ph.D
  28. Dr. Claudia Chaufan, MD, PhD, Associate Professor, School of Helath Policy and Management, York University
  29. Simon Granovsky-Larsen, Assistant Professor of Politics and International Studies, University of Regina
  30. Professor Luin Golding, Sociology Department, York University
  31. Professor Greg Albo, York University
  32. Melvin Zimmerman, Senior Scholar, York University
  33. Professor Justin Podur, York University
  34. Dr. Keith Ellis, Professor Emeritus, University of Toronto
  35. Dr. Zilpha Ellis, Professor Emerita, York University
  36. Dr. Sonja Novkovic, Saint Mary’s University, Halifax
  37. Chris Walker, CIHR Fellow, PhD Candidate and Professor, Saitn Mary’s University, Halifax
  38. Professor Carles Muntaner MD PhD MHS, University of Toronto
  39. Carmen Victor, MA, PhD Candidate, York University& Ryerson University
  40. Dr Radhika Desai, Professor, University of Manitoba
  41. Alan Freeman, Research Affiliate, University of Manitoba
  42. Cody Lang, PhD Candidate, York University
  43. Tamara Lorencz, Ph.D. Student
  44. Kristin Schwartz, Graduate student, University of Toronto
  45. Wendy Goldsmith, Advocate & Councellor
  46. Terry Burrell, Lawyer
  47. Juan Carranza, Lawyer
  48. Macdonald Scott, Immigration Consultant
  49. Moira Gracey, Lawyer
  50. Cikiah Thomas, Chair, Global Afrikan Congress
  51. Miguel Figueroa, President, Canadian Peace Congress
  52. Donald James Foreman, Canadian Union of Postal Workers
  53. Wally Brooker, Musician, Journalist
  54. Carlos Angulo Rivas
  55. Ken Stone, Hamilton Coalition to Stop the War, Author, Journalist, Activist
  56. David Tracy, Eco-urbanist
  57. Arnold August, Author & Journalist
  58. Keith Bolender, Author
  59. Asad Ismi, Author, Journalist
  60. Yves Engler, Author
  61. Alex Grant, Editor, Fightback Magazine
  62. Alfred Pérez, Psychologist
  63. Gwendolyn Schalman
  64. Alma Weinstein, Educator
  65. Jesus Silva, Radio Producer
  66. Beatriz Santiago, Educator
  67. Rose Marie Whalley
  68. Cym Gomery
  69. Ann Tudor, Author
  70. Edgar Godoy, Radio Producer
  71. Ruben Esguerra
  72. Eusebio García
  73. Alfredo Marroquín
  74. Matias de Dovitiis
  75. Stephen Gowans, Author
  76. Roberta Cory, Council of Canadian
  77. Omar Lati
  78. Elizabeth Hill, former Public School Trustee
  79. Honey Novick, Singer
  80. Stephany Kelly
  81. Alfredo Barahona
  82. José González, Musician
  83. Grahame Russell, Rights Action
  84. Raul Burbano
  85. Oscar Benavides
  86. Aziz Fall, President, CIRFA
  87. Donald James Foreman, Canadian Union of Postal Workers
  88. Lisa Makarchukj
  89. Hugh Owens
  90. Alan D. Roberts
  91. Norman Richmond, Journalist, Radio Producer
  92. Patricia Landolt
  93. Tanya Chute Molina
  94. Marta Palomino
  95. Maria Francisca López
  96. Antonio Aceituno
  97. Fabian Esguerra, Musician, Poet, Educator
  98. Antonio García
  99. Esteban Molina
  100. Paula Marcotte, Educatod
  101. Faiz Ahmed, Trade Unionist
  102. Abdulhamid Mohamed
  103. Susan James
  104. Dr. Radhika Desai, Professor, University of Manitoba
  105. Alan Freeman, Research Affiliate, University of Manitoba
  106. Dr. Sabah Alnasseri, Associate Professor, York University
  107. Dr. Fernando De Toro, Professor, University of Manitoba
  108. Dr. William Carroll, Professor, University of Victoria, BVC
  109. Dr. Jayant Lele, Professor Emeritus, Queen’s University
  110. Dr. Ingo Schmidt, Assistant Professor, Athabasca University
  111. Dr. Laurie Adkin, Associate Professor, University of Alberta
  112. Dr. Beverley Mullings, Professor, Queen’s University
  113. Dr. Frederick Kingdom, Professor, McGill University

El Centro de Politicas Canadience, Latinoamericana y Caribeña condena enérgicamente el intento de golpe en Venezuela

El Centro de Politicas Canadience, Latinoamericana y Caribeña condena enérgicamente el intento de golpe de Estado contra el Presidente legitimo de Venezuela, Nicolás Maduro, por parte de la extrema derecha neoconservadora que lidera el presidente Donald Trump, con la compañía de algunos gobiernos derechistas del hemisferio occidental agrupados en el llamado Grupo de Lima, con la infame complacencia del gobierno canadiense de Justin Trudeau.

La pretensión de estos países en reconocer como Jefe de Estado venezolano al presidente de la Asamblea Nacional de Venezuela, actualmente en desacato de acuerdo a sentencia del Tribunal Supremo de Justicia, constituye una violación flagrante a la Constitución y leyes venezolanas, y los principios del derecho internacional y sienta un precedente muy grave en la región de América Latina. La aplicación de este nuevo “Plan Condor” significa un retroceso para la región a épocas horrendas de golpes y terror ya superadas.

Solo el pueblo de Venezuela tiene la facultad de escoger a sus gobernantes. El 20 de mayo de 2018, el entonces candidato Nicolás Maduro obtuvo 6.245.862 de votos válidos para adjudicarse la presidencia de Venezuela, seguido del candidato opositor Henry Falcón, quien solo alcanzó 1.927.387 votos, con un 46,02% de participación. Esta participación inusual fue originada por el boicot promovido por la extrema derecha no significó en modo alguno la deslegitimación de dicho proceso electoral. Precisamente, la extrema derecha dejó de participar en dichas elecciones tras recibir órdenes directas del gobierno estadounidense a no suscribir un acuerdo de paz y convivencia política con el gobierno, tras meses de negociación en República Dominicana bajo la mediación del Presidente dominicano Danilo Medina y el ex presidente español José Luis Rodríguez Zapatero.

El Centro de Politicas Canadience, Latinoamericana y Caribeña exhorta a la comunidad canadiense, latinoamericana y caribeña a reconocer y respetar la voluntad soberana del pueblo venezolano, y solicita al gobierno canadiense, con respecto a Venezuela, que respete los principios de no intervención y derecho irrenunciable a la libre autodeterminación e independencia consagrados en el derecho internacional.

25 de enero, 2019

The Canadian, Latin American & Caribbean Policy Center strongly condemns the attempted coup in Venezuela

The Canadian, Latin American & Caribbean Policy Center strongly condemns the coup attempt against the legitimate President of Venezuela, Nicolás Maduro, on the part of the neoconservative extreme right led by President Donald Trump, with the company of few rightist governments of the western hemisphere grouped in the so-called “Grupo de Lima”, with the infamous complacency of the Canadian government of Justin Trudeau.

The pretension of these countries to recognize as Venezuelan Head of State the President of the National Assembly of Venezuela, currently in contempt of court according to the Supreme Court of Justice, constitutes a flagrant violation of the Venezuelan Constitution and laws, and to the principles of international law. It also sets a very dangerous precedent in Latin American. The application of this new « Plan Condor » means a setback for the region to the horrific times of coup and terror already overcome.

Only the people of Venezuela have the power to choose their own government. On May 20th, 2018, the then candidate Nicolás Maduro obtained 6,245,862 of valid votes to win the presidency of Venezuela, followed by the opposition candidate Henry Falcón, who only reached 1,927,387 votes, with a 46.02% of participation. This unusual participation was originated by the boycott promoted by the extreme right, but it did not mean in any way the delegitimization of this electoral process. Precisely, the extreme right stopped participating in these elections after receiving direct orders from the US government not to sign an agreement for peace and political coexistence with the government, after months of negotiations in the Dominican Republic under the mediation of the Dominican President Danilo Medina and the former Spanish president José Luis Rodríguez Zapatero.

The Canadian, Latin American & Caribbean Policy Center urges the Canadian, Latin American and Caribbean community to recognize and respect the sovereign will of the Venezuelan people, and demands the Canadian government, with respect to Venezuela, to respect the principles of non-intervention and the inalienable right to self-determination and independence enshrined in the international law.

January 25, 2019

Paul Jay on attempted coup in Venezuela: “Canada is kissing the ass of Donald Trump for trade concessions”

Paul Jay: “Canada endorses the coup in Venezuela and pretends to believe in the norms of international law but its foreign policy is kissing the ass of Donald Trump for trade concessions”

Dr. María Páez Víctor : « Les États-Unis se sont opposés, ont déstabilisé, renversé ou assassiné chaque réformateur progressiste apparu sur la scène politique dans la région depuis plus d’un siècle »

L’élite vénézuélienne a montré par sa violence épouvantable dans l’opposition qu’elle est égoïste, vile et raciste, au point de payer des criminels pour mettre le feu aux bâtiments publics, tuer des passants, attaquer une maternité, lancer des grenades à partir d’un hélicoptère sur la Cour suprême, détruire les bus publics et, le plus horrible, de mettre le feu aux jeunes hommes « qui avaient l’air Chavistes », en d’autres termes, qui avaient la peau sombre.

Mohsen Abdelmoumen

Mohsen Abdelmoumen : Pouvez-vous nous dire quelle est la situation qui prévaut actuellement au Venezuela ?

Dr. María Páez Víctor : Il y a 6 questions clés pour comprendre la situation au Venezuela.

1) Le pétrole : La première chose à comprendre est que tout tourne autour du pétrole. Le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole connues dans le monde dans un emplacement géographique hautement stratégique. Il faut 43 jours pour qu’un pétrolier voyage du Moyen-Orient aux raffineries du Texas, alors qu’il ne faut que 4 jours à partir du Venezuela. Les compagnies pétrolières et les gouvernements qu’elles soutiennent, convoitent le pétrole vénézuélien. Si le pays ne produisait que des mangues, personne ne se soucierait de ce qu’il s’y passe. Le gouvernement vénézuélien a pris le contrôle de sa compagnie pétrolière (PDVSA), a ouvert des contrats de partenariat privé pour l’exploitation pétrolière mais avec l’État qui détient la majorité des parts, leur a fait payer des taxes qui avaient été à 1% pendant 60 ans. Le revenu pétrolier – au lieu d’être distribué aux élites d’entreprises – a été utilisé pour financer les services publics nécessaires qui, pendant des décennies, n’avaient pas réussi à répondre aux besoins de la population.

2) La souveraineté : Un gouvernement qui ne suit pas la ligne des États-Unis, ne se plie pas aux dictatures néolibérales du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, insistant sur le fait que son peuple est souverain et décidera de son propre avenir et aspire à construire une société socialiste et humaniste, ne sera pas toléré par la superpuissance restante. Surtout un pays de la région, que les États-Unis considèrent encore comme leur « arrière-cour ». Comment le gouvernement vénézuélien a-t-il osé nationaliser ses ressources naturelles, sortir son armée de l’infâme École militaire des Amériques et vendre son pétrole à d’autres pays, et non exclusivement aux États-Unis !

3) La guerre économique : Il y a un plan systématique et stratégique conçu par Washington pour priver les Vénézuéliens de nourriture et de médicaments. Ses exécuteurs sont les grandes sociétés, l’élite commerciale et les banques. Cela ne pourrait pas être plus clair. En 1972-1973, les États-Unis, scandalisés par le fait que le Dr. Salvador Allende, un communiste, avait gagné les élections au Chili, ont promis de se débarrasser de lui. Le président Nixon a déclaré : nous allons faire crier l’économie du Chili. Et c’est arrivé. Avant le terrible coup d’État qui a coûté la vie d’Allende, l’économie chilienne était sujette à la thésaurisation, à la rareté induite, à l’inflation, aux manipulations monétaires, au sabotage et à la contrebande. C’est le même scénario au Venezuela mais encore pire. Cela fait maintenant 5 ans de guerre économique, où les élites économiques vénézuéliennes, les laquais des puissances étrangères, sont tellement soutenues financièrement qu’elles peuvent mettre en œuvre la thésaurisation, le sabotage, l’entreposage, la manipulation monétaire, l’exclusion financière et la contrebande.

4) Une élite corrompue et raciste : L’élite du Venezuela contrôlait le gouvernement depuis des années – ils étaient les bénéficiaires de tous les revenus pétroliers. Pendant 40 ans, ils se sont approprié et ont dépensé l’équivalent de 12 plans Marshall. En 1999, lorsque le président Hugo Chávez a été élu, la pauvreté se situait entre 60 et 80% et l’extrême pauvreté et la malnutrition affectaient un tiers de la nation. La révolution bolivarienne du Venezuela a considérablement réduit la pauvreté, la malnutrition et le vagabondage, et a fourni des soins de santé universels et une éducation gratuite de la crèche à l’université. Elle a construit 2 millions de logements sociaux ces dernières années.

L’élite vénézuélienne a montré par sa violence épouvantable dans l’opposition qu’elle est égoïste, vile et raciste, au point de payer des criminels pour mettre le feu aux bâtiments publics, tuer des passants, attaquer une maternité, lancer des grenades à partir d’un hélicoptère sur la Cour suprême, détruire les bus publics et, le plus horrible, de mettre le feu aux jeunes hommes « qui avaient l’air Chavistes », en d’autres termes, qui avaient la peau sombre. Cette élite ne se soucie pas de savoir combien son propre peuple souffre tant que les puissances étrangères ne lui auront pas rendu le gouvernement qu’elle est incapable de gagner aux urnes. Les principaux dirigeants de l’opposition ont parcouru le monde en demandant aux pays puissants de sanctionner et d’isoler diplomatiquement et financièrement leur propre pays, sans se soucier que la nourriture et les médicaments se raréfient.

5) Un excellent processus d’élection : Il est scandaleux, même dans ce climat politique de mensonges et de désinformation, que l’on puisse considérer que le gouvernement vénézuélien n’est pas démocratique et que le président Maduro est un dictateur. En 19 ans, il y a eu 23 élections différentes, toutes surveillées par des témoins nationaux et internationaux et le gouvernement en a gagné la plupart mais en a aussi perdu quelques-unes. Et on retiendra que l’ex-président des États-Unis, Jimmy Carter, a déclaré en 2012 que : « En fait, sur les 92 élections que nous avons suivies, je dirais que le processus électoral au Venezuela est le meilleur au monde. » La protection anti-fraude du système est très efficace car chaque vote a trois garanties : une empreinte digitale, un vote électronique et un reçu papier. De plus, il y a une forte présence d’observateurs nationaux et internationaux. Ironiquement, ni les États-Unis, ni le Canada, ni la plupart des pays européens n’acceptent des observateurs internationaux à leurs élections.

6) Les élections présidentielles le 20 mai 2018 : Les États-Unis et leurs alliés sont impliqués dans la subversion et la disqualification de la démocratie vénézuélienne en discréditant les prochaines élections présidentielles du 20 mai. Après avoir agressivement exigé ces élections, maintenant ils les décrient et exigent qu’elles soient stoppées parce qu’ils savent que la majorité des Vénézuéliens soutiennent leur propre gouvernement.

Dans un exemple étonnant d’hypocrisie de la mentalité coloniale, le Parlement européen a adopté le 3 mai une résolution (492 voix pour, 87 contre, 77 abstentions) exigeant que le Venezuela suspende les élections présidentielles. L’arrogance européenne tend manifestement à exiger qu’un autre pays (même extérieur à l’Europe !) ne respecte pas sa propre loi, ses règlements électoraux et ses arrangements négociés avec les dirigeants de leur opposition.

Les États-Unis, le Canada, l’Union européenne, l’OEA (ndlr : Organisation des États américains) et le soi-disant Groupe de Lima des laquais de l’aile droite des gouvernements de la région sont en train d’attaquer les élections qu’ils avaient réclamées l’année dernière. Les lois vénézuéliennes stipulent que les élections devaient avoir lieu en décembre 2018, mais ils voulaient les élections l’année dernière. Le gouvernement a négocié avec l’opposition en République dominicaine et une date d’avril 2018 a été convenue. L’opposition a demandé plus de temps. Le gouvernement a de nouveau accepté et ils ont arrêté la date du 20 mai 2018.

Maintenant, l’Union européenne dit qu’elle « n’accepte pas » les élections parce qu’il n’y a pas de « garanties », sans préciser ce qu’elles signifient, ils demandent un « retour à l’ordre constitutionnel » sans allusion ni tentative de connaître et de comprendre les lois et la Constitution vénézuéliennes.

En fait, c’est la stratégie d’abstention des États-Unis que les principaux leaders de l’opposition suivent pour que les élections puissent être disqualifiées. Ils ont refusé de se présenter aux élections et exhortent les gens à ne pas voter. Le gouvernement a demandé à maintes reprises à ces partis d’opposition de se présenter aux élections. Ils essaient de diaboliser un système électoral autrement performant. En somme, c’est un montage, un scénario de théâtre pour continuer à diaboliser, contrarier et sanctionner un gouvernement qu’ils souhaitent renverser. Heureusement, l’opposition est divisée et quelques dirigeants se présentent aux élections, malgré les critiques acerbes de leurs propres camarades opposants.

Entretemps, une société de sondage la plus respectée au Venezuela a eu récemment des résultats intéressants liés aux élections présidentielles du 20 mai :

  • 86% de Vénézuéliens rejettent toute intervention internationale dans le pays
  • 70% des Vénézuéliens disent qu’ils vont participer aux élections – c’est une autre défaite pour la section de l’opposition, soutenue par Washington, qui appelle à l’abstention
  • 55% déclarent qu’ils vont voter pour Maduro
  • 11% déclarent qu’ils voteront pour Henri Falcon
  • 2% déclarent qu’ils voteront pour Javier Bertucci
  • 50% déclarent considérer le fonctionnement de l’Assemblée constitutionnelle nationale comme: « Très bon, bon ou normal à bon »
  • 71% considèrent que Maduro va gagner les élections (2 mai 2018, TELESUR)

Il y a une forte confiance que la Démocratie au Venezuela est vivante et bonne, et c’est pourquoi les États-Unis, le Canada, l’Union européenne et ses alliés en ont peur.

En résumé, les Etats-Unis et leurs alliés au Canada et en Europe sont impliqués dans une conspiration visant à renverser le gouvernement démocratique et populaire de Nicolás Maduro parce qu’ils veulent contrôler le plus riche gisement de pétrole du monde qui se trouve au Venezuela et ils veulent un gouvernement servile et obéissant qui acceptera les pots-de-vin et permettra aux États-Unis et à ses multinationales de gouverner et d’opprimer le peuple vénézuélien comme il l’a fait ces 40 dernières années avant le président Hugo Chávez.

Comment expliquez-vous l’acharnement de l’impérialisme US à vouloir déstabiliser tous les gouvernements progressistes d’Amérique Latine ?

Y a-t-il une explication adéquate de la cupidité, des préjugés et de l’orgueil de vouloir dominer le monde?

Il y a la question des ressources naturelles dont les États-Unis ont besoin pour leur capitalisme vorace. Ils ont épuisé ou ont perdu des ressources en raison du manque de protection de l’environnement et du consumérisme effréné. La région latino-américaine étincelle avec des richesses incalculables – un autre El Dorado pour ce « capitalisme sauvage » comme Chavez l’a appelé.

La quête de pouvoir des États-Unis est masquée par l’idée de son « exceptionnalisme », semblable à l’adoption par l’Empire britannique du « fardeau de l’homme blanc » comme prétexte pour opprimer les autres nations. Il existe un historique, une preuve évidente, que les États-Unis se sont opposés, ont déstabilisé, renversé ou assassiné chaque réformateur progressiste apparu sur la scène politique dans la région depuis plus d’un siècle. Leurs politiques agressives remontent au XIXe siècle quand ils ont ouvertement volé au Mexique, par les guerres et la duplicité, 50% de ses terres du Sud-Ouest actuel qui comprennent la Californie, le Texas, le Nouveau-Mexique, l’Arizona, le Nevada, l’Utah, le Colorado, le Wyoming, le Kansas et l’Oklahoma. La Doctrine Monroe est un document de colonialisme flagrant dans lequel les États-Unis s’attribuent la « protection » de la région. La création de l’Organisation des États américains est l’instrument par lequel les États-Unis ont manœuvré pour imposer leurs politiques à la région et ont donné à la sinistre École des Amériques les moyens par lesquels ils contrôlaient les forces armées des différents pays. Le FMI et la Banque mondiale sont devenus le leurre venimeux par lequel leurs économies ont été prises au piège de l’usure. L’acharnement des États-Unis est un mélange de cupidité – en voulant leurs ressources naturelles et leur expansion pour leurs sociétés capitalistes – et aussi de préjugés. Leur propension raciste remonte très profondément dans la culture et l’histoire des États-Unis. Les restes de leur guerre civile sanglante restent visibles aujourd’hui dans le traitement des citoyens noirs, qui sont emprisonnés de manière disproportionnée et tués par la police. Les personnes noires et brunes d’Amérique latine et des Caraïbes semblent être considérées comme des êtres inférieurs. Récemment, le président Trump a qualifié les Mexicains de criminels et de violeurs et les nations africaines de « trous à rats ».

Quelle est votre analyse à propos de la destitution de Dilma Roussef et de l’emprisonnement de l’ancien président Lula? A votre avis, est-ce un hasard qu’on emprisonne le président Lula alors que tous les sondages le donnaient vainqueur lors des futures élections brésiliennes ? Ne pensez-vous pas qu’il s’agit d’une vulgaire manipulation et d’un complot ?

Nous assistons à la corruption du cadre même de la démocratie, comme nous l’avons compris jusqu’à présent. C’est ce qu’on appelle une guerre juridique par laquelle le Parlement et les pouvoirs judiciaires sont manipulés de manière à éliminer les opposants politiques et à se moquer des préférences électorales d’un peuple. C’est ainsi que Dilma Rousseff, Lula et Cristina Fernandez ont été écartés. Ils essaient de faire la même chose à Rafael Correa qui, même hors du pouvoir, est considéré comme une menace. Ils essaient de faire la même chose au président Maduro en organisant des procès extraterritoriaux ridicules en essayant de manipuler les lois internationales. Rien de tout cela n’a à voir avec la justice ou la démocratie, mais pour éliminer les puissants opposants politiques par d’autres moyens que les élections parce que la droite ne peut pas obtenir le vote populaire. Leur sectarisme, leur étroitesse d’esprit, leurs « mesures d’austérité » pour réduire l’État-providence sont autant de questions qui ne poussent pas les gens à voter pour eux, à moins, bien sûr, de mentir sur ce qu’ils ont l’intention de faire (comme Macri et Lenin Moreno).

La guerre juridique tord et déforme la primauté du droit, ce qui est une chose très dangereuse à faire. Ces partisans de la droite ne respectent pas les règles de la démocratie représentative. Afin de contrôler l’administration gouvernementale, ils sont prêts à frapper les piliers de l’État lui-même. Dans leur corruption, en fonction de leurs ambitions, ils discréditent le Pouvoir Judiciaire et le Pouvoir Législatif. Cela conduira inévitablement l’aile gauche et le gouvernement progressiste (et ils reviendront au pouvoir) à réécrire les règles de la démocratie en renforçant la Démocratie Participative, en démocratisant les banques et les médias qui se sont prostitués sur l’autel de la servilité débridée devant les puissants et en mettant en œuvre de nouvelles lois créatives pour protéger les droits de l’homme et la volonté du peuple.

Comment expliquez-vous le fait que l’extrême-droite revient en force en Amérique Latine, notamment au Brésil et en Argentine, après avoir eu des gouvernements progressistes ?

Certains gouvernements progressistes, notamment le Brésil, l’Argentine et même l’Équateur, pensaient que la victoire aux élections politiques était suffisante. Ils jouaient avec un jeu de cartes dont ils ne se rendaient pas compte qu’il était marqué contre eux. Le pouvoir de l’aile droite (et de leurs soutiens étrangers) a été sous-estimé, et l’influence étrangère n’a pas été vérifiée. Par exemple, en dépit du fait que le personnel de l’ambassade des États-Unis rencontre l’opposition, la récompense et la finance, peu de choses ont été faites pendant de nombreuses années. Des consultants étrangers et des fonds étrangers ont été acheminés vers des ONG d’opposition. Rien de tout cela n’aurait été toléré aux États-Unis, au Canada ou en Europe. Au Brésil, le changement politique sous Lula n’a pas été reflété dans les changements structurels juridiques, comme ils étaient au Venezuela, et une forte alliance avec les mouvements sociaux a été défectueuse.

L’une des premières choses que le président Chávez a faite a été d’appeler à une nouvelle Constitution qui était cruciale pour réaliser le genre de changement dont le pays avait besoin. De même, au Venezuela, les mouvements sociaux de toutes sortes (indigènes, agraires, culturels, étudiants, centrés sur le genre, travailleurs, etc.) ont été incorporés comme acteurs sur la scène politique, ce qui a conduit à une profonde « conscientisation » (comme le célèbre éducateur brésilien Paulo Freire aurait dit) dans lequel un peuple prend conscience de son oppression, de sa situation dans le domaine politique et de commencer à agir comme une classe unie à elle-même (comme Marx l’aurait dit). Cela s’est moins produit dans les autres pays où la droite est revenue au pouvoir. Mais l’expérience et la nécessité sont de grands enseignants, et les gens dans les pays où la droite a aujourd’hui le contrôle prendront bientôt une autre direction.

La vérité est que ce sont les gouvernements de gauche qui rétablissent très souvent les droits de l’homme et protègent la démocratie dans la région. Les gouvernements de droite en Amérique latine sont incapables de contrôler le vote populaire et sont arrivés au pouvoir par la corruption (Pérou, Colombie, Panamá), la fraude (México), le coup d’État (Honduras) et les coups d’État parlementaires et juridiques (Brésil, Paraguay). Macri et l’Équateur sous Moreno sont les seules exceptions, car ils ont clairement remporté les élections, mais certains diraient en masquant leurs intentions réelles. Nous verrons une nouvelle « marée rouge » et plus tôt que tard dans la région, car une fois que les gens auront goûté à la souveraineté, ils ne reviendront probablement pas à leurs chaînes.

Nous avons des informations sur la présence d’éléments terroristes de Daech qui seront utilisés contre ce qui reste de gouvernements progressistes en Amérique Latine, par exemple le Venezuela. Avez-vous des informations à ce sujet ?

Je n’ai pas d’informations personnelles, seulement ce que m’ont dit les gens le long de la frontière avec la Colombie : le danger de raids continus par des paramilitaires, le meurtre de dirigeants communautaires par ces tueurs payés, et la contrebande organisée flagrante qui s’y produit. La Colombie a une histoire terrifiante de violence, de meurtres et de massacres. La semaine dernière, des fosses communes avec 9000 corps ont été trouvées dans ce pays. La coopération de l’armée colombienne avec les mafias paramilitaires et narcotrafiquantes est légendaire. Et avec sept bases militaires américaines en Colombie, il n’est pas du tout improbable qu’il y ait des plans pour déclencher la terreur au Venezuela afin de renverser le gouvernement. Selon le président colombien Santos, 3000 soldats colombiens sont actuellement envoyés à la frontière, prêts pour une intervention « humanitaire » au Venezuela. Si une invasion survient, il y aura une guerre à grande échelle et elle engloutira la région.

Une nouvelle importante que la presse mondiale a refusé de publier est que le rapporteur officiel indépendant des Nations Unies, le professeur Alfred M. Zayas, a déclaré il y a quelques semaines qu’il n’y avait pas de « crise humanitaire » au Venezuela malgré les reportages et les généralisations. « … la population ne souffre pas de la faim comme dans de nombreux pays d’Afrique et d’Asie – ou même dans les favelas de São Paolo et d’autres zones urbaines du Brésil et d’autres pays latino-américains … la « crise humanitaire » peut être facilement exploitée pour justifier un « changement de régime », sous prétexte que le gouvernement laisse la population mourir de faim. Certains États prétendent que le gouvernement vénézuélien ne peut plus garantir les droits du peuple. Par conséquent, une crise humanitaire a émergé et maintenant ils veulent intervenir militairement pour « sauver » le peuple vénézuélien d’une expérience socialiste ratée. » (venezuelanalysis.com/analysis/13614)

J’ai interviewé son Excellence l’ambassadrice du Venezuela auprès de la Belgique et de l’Union européenne, Madame Claudia Salerno Caldera, et je l’ai interrogée sur l’éventualité d’une intervention militaire américaine au Venezuela. Elle m’a répondu par l’affirmative. Pensez-vous que les USA peuvent intervenir militairement contre le gouvernement légitime du président Maduro ?

Avec un tel déséquilibré à la Maison Blanche, toute imprudence est possible. Cependant, je pense qu’ils utiliseraient des troupes colombiennes et peut-être du Brésil et de la Guyane. Pourquoi risquer vos propres soldats quand vous avez de la chair à canon à votre disposition auprès de gouvernements aussi avides et avilis?

Cependant, la Colombie organise des élections présidentielles le 27 mai, soit 7 jours après les élections vénézuéliennes (20 mai). Cela signifie que le gouvernement colombien ne peut pas envahir le Venezuela avant cette date de peur de risquer sa campagne électorale, ce qui n’est pas bon pour le gouvernement. De même, il y a des millions de Colombiens qui se sentent favorables à un Venezuela qui a si bien traité leurs 2 millions de compatriotes qui y résident maintenant. Ainsi, une incursion colombienne à l’intérieur du Venezuela risque également de provoquer de graves troubles intérieurs pour le gouvernement, ce qui a certainement empêché la Colombie d’entrer au Venezuela pendant toutes ces années.

L’armée colombienne est de trois fois la taille de l’armée vénézuélienne. Elle est expérimentée dans la guerre car elle combat les guérillas depuis 50 ans, et elle dispose de ressources et d’armes à travers les sept bases de l’armée américaine qui y sont stationnées. Cependant, c’est en grande partie une armée démoralisée qui n’a pas le quart du moral et la détermination de l’armée du Venezuela, l’armée de Bolívar. Et quiconque connaît les questions militaires vous dira que le moral d’une armée est essentiel au succès. En outre, le Venezuela a un peuple uni, inspiré et très fier qui défendra farouchement ses terres.

Le gouvernement vénézuélien n’est pas seul; il a le soutien de nombreux pays non alignés, et non des moindres, de la Chine et de la Russie, la plupart des Caraïbes, y compris, bien sûr, Cuba. La Russie et la Chine ont toutes deux mis en garde les Etats-Unis de ne pas interférer dans le gouvernement du Venezuela. Leurs investissements au Venezuela sont substantiels et ils ne seraient pas prêts à voir le Venezuela envahi. Ces investissements sont très bien accueillis par les pays latino-américains car ils ne viennent pas avec des « conditions contraignantes » de politique comme les investissements du FMI et de la Banque mondiale. Ils sont un autre problème douloureux pour les États-Unis.

Comment expliquez-vous les sanctions que les États-Unis et l’Union Européenne veulent imposer au gouvernement légitime du président Maduro ?

Les sanctions américaines font partie de leur guerre économique contre le Venezuela. Elles sont une violation du droit international : elles sont contre les chartes de l’ONU et de l’OEA (ndlr : Organisation des États américains), contre le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et le Pacte international relatif aux droits économiques, civils et culturels et constituent un crime contre l’humanité parce qu’elles créent intentionnellement la souffrance du peuple. En bref, elles sont immorales car elles empêchent le pays d’acheter de la nourriture et des médicaments.

Les gouvernements canadien et européen s’inclinent honteusement devant le président le plus ignorant et le plus vénal des États-Unis. Le Venezuela ne signifie rien pour ces pays, alors ils pensent : » Laissons à Trump sa marotte et laissons-lui le Venezuela. Ces sanctions ne nous affectent pas du tout, et peut-être que nous pourrons obtenir le « bon» côté de Trump. » Pathétiquement, ils pensent qu’il a un bon côté. Le Canada se donne un mal fou pour plaire à Trump afin qu’il ne jette pas l’accord de l’ALENA à la poubelle et l’Union européenne continue de penser que Trump est un allié respectable. On pourrait s’attendre à ce que des alliés, des gouvernements favorables aux États-Unis comme ceux-ci essaient d’influencer un président néophyte et erratique des États-Unis vers une coexistence pacifique avec d’autres pays. Ils devraient apprendre la dignité et la droiture des nations des Caraïbes au lieu de complimenter la brute en lui tapant dans le dos.

D’après vous, l’impérialisme US et ses larbins cesseront-ils un jour de vouloir déstabiliser des pays et imposer leurs diktats aux peuples ?

À court terme, sous cette administration Trump, non. Cependant, à long terme, quand leur déficit de plusieurs milliards de dollars frappera enfin le mur et qu’ils verront que le dollar n’est plus la monnaie universelle du commerce, ils pourraient se relâcher car leurs problèmes intérieurs seront prioritaires au lieu d’essayer de dominer d’autres terres. Ce que je souhaite pour le peuple des États-Unis, c’est un leader, un parti, un gouvernement, qui s’occupera de leurs besoins en matière d’éducation, de santé et de logement, qui se rendra compte qu’être le gendarme du monde ne vaut pas leur souffrance et que la coopération et la solidarité avec les peuples du monde récolteront beaucoup de richesses dont ils ignorent l’existence. Pour cela, ils doivent arriver à la conclusion que leur complexe militaro-industriel ne leur a apporté que le mal, la dépression, la pauvreté, la mort et le mépris de la majeure partie du monde.

J’ai été très impressionnée que Bernie Sanders ait été capable d’attirer les jeunes d’une manière politique significative, et le fait qu’il a rendu le mot socialisme acceptable sur la scène politique américaine – c’est un véritable exploit ! Alors peut-être qu’il y a encore de l’espoir pour les États-Unis – et le monde.

Que reste-t-il de crédibilité à ces médias au service de l’impérialisme qui sont financés par les multinationales et qui passent leur temps non pas à dire la vérité mais à diffuser de l’intox et à relayer la propagande de l’impérialisme pour destituer des pouvoirs politiques légitimes comme celui du président Maduro ?

Ce n’est pas un problème si compliqué, il suffirait que des gouvernements courageux démantèlent les conglomérats médiatiques, interdisent ces monopoles. Si cela se produit, nous pouvons avoir de nombreux médias, des penseurs indépendants, un journalisme créatif, et enfin, une presse qui a de vraies normes et réglementations. En d’autres termes, nous avons besoin de la démocratisation de la presse, en la dissociant des grandes sociétés, des Murdoch et d’autres de ce monde. Lorsque très peu de gens possèdent des journaux, la télévision et la radio, quand ce sont les grandes entreprises qui décident ce que nous entendons et apprenons, nous devenons asservis à leurs fausses informations et leurs contrevérités pour le bénéfice de leurs intérêts économiques et politiques. Nous sommes confrontés à de vagues notions de « droit de savoir » et de « liberté de la presse » qui ne fonctionnent que dans un seul sens.

Le Venezuela a été clairement victime d’une campagne médiatique de mensonges et d’exagérations pour dénigrer un gouvernement que le Département d’État américain veut détruire. Ainsi des histoires de « Vénézuéliens mangeant des animaux du zoo » « des gens tuant des chevaux », « des mères abandonnant des enfants au bord de la route », « les gens meurent de malnutrition », « les peuples indigènes apprennent l’arabe » (comme si c’était un crime), « Maduro veut être président à vie » sont tous des mensonges élaborés qui sont présentés comme des faits.

Lorsque le président Chavez a été confronté à l’opposition ouverte et militante de la principale chaîne de télévision et de radio de son pays qui est une propriété privée, il ne les a pas fermés (comme un dictateur l’aurait fait). Il a octroyé les moyens par lesquels des centaines de quartiers pauvres et de conseils communaux ont pu établir leurs propres stations de radio locales et même des stations de télévision, où les gens pouvaient exprimer leurs propres préoccupations, créer leurs propres programmes qui les intéressaient vraiment. C’était un moyen de démocratiser les médias. Ce ne sont pas des médias contrôlés par le gouvernement, ce sont de véritables médias communautaires indépendants, en effet, ils n’hésitent pas à critiquer et à signaler les lacunes de l’administration.

L’impérialisme US et ses alliés continuent à nous gaver avec « les droits de l’homme », « la démocratie » et la « liberté d’expression », alors qu’ils font l’inverse en déstabilisant des pays et en intervenant partout dans le monde. Comment qualifiez-vous ces actes hostiles qui visent des États souverains ? À votre avis, les États-Unis sont-ils une vraie démocratie où le peuple détient le pouvoir, ou bien est-ce plutôt une minorité qui dirige ?

Au Canada, nous recevons, sans l’avoir sollicité, le New York Times avec l’édition dominicale de l’un de nos principaux journaux. Depuis, je suis consternée par les mensonges du NYT au sujet du Venezuela, la seule partie que je lis est son encart du Sunday Book Review. Il y a une semaine, ils ont passé en revue 4 livres, qui avaient tous une variante du titre: ce qui ne va pas avec la démocratie aux USA. Ainsi, ce ne sont pas seulement certains d’entre nous, en dehors des États-Unis, qui ont observé la détérioration constante de leur vie sociale et politique, mais des gens réfléchis et intelligents des États-Unis qui constatent et ressentent cette détérioration.

L’Idole de guerre imprègne cette société avec ses guerres de conquête, ses bombes et ses drones, ses prisons secrètes, son acceptation de la torture, son traitement révoltant des Noirs et des Hispaniques, sa position prédatrice envers la Nature, sa culture des armes à feu, son record honteux d’emprisonnement, sa faible participation électorale, ses massacres aux armes à feu, son industrie de l’armement, sa violence, et son industrie du divertissement obsédée par le sexe, tout cela use petit à petit le sain, le positif, les idéaux affirmant la vie qui peuvent flotter dans l’imagination collective et le désir des citoyens américains. Sa démocratie, et le tissu même de leur vie sociale en tant que nation, est un objet d’inquiétude même pour ses citoyens. Les États-Unis arrivent à un carrefour où ils devront choisir entre un mode de vie qui adore la Mort et la Conquête ou celui qui adore la Vie et la Paix.

L’heure est grave. Je suis Algérien et mon pays qui est un allié du Venezuela est visé par différents cercles occultes liés à l’impérialisme. Ne pensez-vous pas que des pays comme l’Algérie, le Venezuela, Cuba, etc. doivent constituer un front commun plus que jamais nécessaire pour la sauvegarde de leur souveraineté ? N’y a-t-il pas nécessité d’un front mondial contre l’impérialisme ?

Absolument, et ne pensez pas que cela n’arrive pas. Le Venezuela a cultivé des liens solides avec Cuba, la Bolivie, le Nicaragua, les Caraïbes, de nombreux pays africains et ex-soviétiques, l’Algérie et d’autres pays arabes, l’Inde, la Chine et la Russie. Voyez les votes à l’ONU et à l’OEA où les États-Unis n’ont pas réussi à condamner le Venezuela parce qu’ils ne peuvent pas obtenir les votes.

Il y a quelques jours à peine, le nouvel ambassadeur des États-Unis auprès de l’OEA, Carlos Trujillo, menaçait avec la plus grande arrogance les pays des Caraïbes pour leur soutien au Venezuela : « nous ne permettrons pas aux Caraïbes de bloquer les efforts de la majorité des pays de la région pour faire pression sur le gouvernement du Venezuela » (2018/05/18 apporea.com).

Il y a de la force dans l’unité et ces pays partagent des défis similaires et affrontent pratiquement les mêmes ennemis. L’organisation ALBA est un excellent exemple de solidarité internationale créative, dans laquelle les pays se regroupent pour fabriquer les médicaments dont ils ont besoin, promouvoir l’agriculture pour leurs consommations domestiques et répondre à leurs besoins éducatifs. PETROCARIBE est un autre exemple de solidarité internationale créative dans laquelle le pétrole vénézuélien est disponible pour les petits pays des Caraïbes sous conditions spéciales. Je souhaite plus d’organisations comme ALBA et PETROCARIBE.

Israël continue à tuer les Palestiniens notamment lors des manifestations récentes réclamant le droit de retour. Comment se fait-il qu’Israël reste impuni pour les nombreux crimes qu’il continue à commettre ?

Je n’ai pas d’idée particulière sur le Moyen-Orient, je ne connais pas l’arabe, je ne connais pas personnellement la région, je n’ai pas plus d’informations que ce que j’ai lu dans les médias. Et je me méfie tellement de ce qu’il y a à lire : si la presse ment au sujet de l’Amérique latine dont je connais tant de choses, ne mentira-t-elle pas sur une région dont je connais si peu ?

Cependant, mon opinion personnelle et en aucun cas celle d’un expert, c’est que soit vous tuez votre ennemi ou soit vous vous asseyez avec lui et vous négociez. Il n’y a pas de voie médiane. La violence engendre la violence et c’est un truisme avisé. Les Palestiniens qui souffrent depuis longtemps ont fait les frais d’un voisin très puissant. Je suis désolée, mais je n’en sais pas assez sur la situation pour donner une idée plus profonde, sauf qu’une solution à deux États semble être ce qui peut apporter la paix avec la justice. Et qu’en Israël, le mouvement de paix là-bas devra être un élément clé de cette solution politique pour faire pression sur leur propre gouvernement.

Comment expliquez-vous qu’à chaque fois que des résistants et des Justes soutiennent la cause du peuple palestinien, ils sont qualifiés d’antisémites ?

C’est une injure qui est très dangereuse à lancer car nous connaissons tous l’effroyable mort et la destruction que de vrais antisémites ont commis historiquement en Europe. D’un autre côté, il y a des gens qui accusent les autres d’être des sionistes quand ils ne sont pas d’accord sur un point qu’ils n’aiment pas. Ce sont des insultes ad hominem que les gens médiocres utilisent quand ils n’ont plus d’arguments. Dans une situation polarisée, ces insultes n’aident personne et ne contribuent pas à trouver des solutions et sont assez méprisables. Nous vivons à une époque où – impensable – les fascistes se lèvent dans toutes sortes de pays, les charlatans politiques se moquent des valeurs que nous pensions être universellement tenues, un temps pour les tweets irresponsables, des courriels lâches, des projections de boue sans se soucier de l’endroit où elle atterrit, et d’un journalisme médiocre et sans discernement. Mais nous devons nous élever au-dessus de tout cela, maintenir nos principes et nos valeurs, refuser de jouer à leurs jeux sales, donner l’exemple et préserver notre propre dignité.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est María Páez Víctor ?

Le Dr. Maria Páez Victor est une sociologue, née au Venezuela et éduquée à Caracas, New York, Mexico, en Angleterre et au Canada. Pendant plusieurs années, elle a enseigné la sociologie de la santé et de la médecine ainsi que les politiques en matière de santé et d’environnement à l’Université de Toronto. Le Dr Páez Victor a une expérience nationale et internationale dans l’analyse des politiques et l’évaluation de l’impact de l’environnement et de l’énergie, avec une expertise dans les domaines de la santé. Elle est un membre actif de la communauté latino-américaine au Canada.

Elle a administré les Bourses de développement de l’énergie durable, un programme international de bourses d’études supérieures des entreprises d’énergie du G8, de 2002 à 2011. Conférencière à l’Université de Toronto, elle donne des cours de sociologie de la santé et de la médecine; des cours sur les politiques de santé et d’environnement à temps partiel, de 1992 à 1996 et de 2003 à 2005. Elle a obtenu son doctorat (Sociologie) à l’Université York, Toronto, Canada en 1987. Elle a été volontaire, à l’hôpital Mater Misericordia de Nairobi, au Kenya, de 1985 à 1987.

Published in American Herald Tribune, May 19, 2018: https://ahtribune.com/world/americas/2264-maria-paez-victor.html

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.200518.htm

In Le Grand Soir: https://www.legrandsoir.info/les-etats-unis-se-sont-opposes-ont-destabilise-renverse-ou-assassine-chaque-reformateur-progressiste-apparu-sur-la-scene.html

Traduzido para o português em resistir.info: https://www.resistir.info/venezuela/desestabilizacao_parte_1.html

We stand for...

– Social Justice – Justicia Social

-Justice sociale

– Advocacy – Promoción

-Promotion

– Global Solidarity – Solidaridad Global

-Solidarité mondiale

– Equality – Igualdad

-Égalité

– Sovereignty – Soberanía

-Souveraineté